Prévoyance retraite en Suisse : Quelles solutions pour une retraite paisible ?

Dès votre entrée dans le monde du travail, vous devez songer à préparer votre retraite. Malgré le temps qu’il vous reste à faire dans la vie professionnelle, il est important de planifier au mieux votre vie post-emploi. En prenant les bonnes résolutions dès maintenant, vous êtes certain d’être préparé psychologiquement, mais aussi financièrement à l’arrêt de travail. Découvrez dans cet article les solutions qui s’offrent à vous pour une retraite paisible en tant que travailleur en Suisse.

Mélanie Mossaly Pourquoimabanque
Par Mélanie MOSSALY Modifié le 25/01/22 à 13:15
Prévoyance Retraite En Suisse

Comprendre le système de prévoyance retraite en Suisse

Système Prévoyance Retraite Suisse
Le Système de Prévoyance Retraite en Suisse

Au pays des banques, le système de prévoyance retraite est organisé autour de 3 piliers : la prévoyance étatique (1er pilier), la prévoyance professionnelle (2e pilier) et la prévoyance privée (3e pilier).

La prévoyance étatique

Premier des trois piliers, la prévoyance étatique est obligatoire pour toute personne travaillant et résidant dans le pays. Elle est prévue pour garantir le minimum légal à chaque habitant suisse en âge de partir à la retraite. Cette prévoyance les aide également à couvrir les besoins de leurs enfants et de leur conjoint en cas de décès.

On distingue 3 types d’assurance au sein de ce pilier :

  • L’assurance vieillesse et survivants (AVS) qui remplace partiellement le salaire après le départ à la retraite ;
  • L’assurance invalidité et prestations complémentaires (AI) ;
  • Et l’allocation pour perte de gain(APG) : si le minimum vital ne parvient pas à être couvert, l’APG complète les deux premières assurances.

Leur souscription est obligatoire et concerne tout individu âgé de plus de 20 ans, vivant et travaillant en Suisse.

La prévoyance professionnelle

Il s’agit du deuxième pilier. Cette prévoyance concerne tous les individus employés dans une société suisse dès l’âge de 17 ans, avec un salaire annuel minimum de 21 150 CHF.

Obligatoires, les cotisations pour cette prévoyance sont versées par l’employeur et le salarié. Elles complètent l’AVS et permettent la mobilisation d’un capital pour la retraite.

La prévoyance privée ou personnelle

Troisième et dernier pilier du système de prévoyance suisse, la prévoyance privée est optionnelle, c’est-à-dire facultative. Chaque travailleur choisit une institution d’épargne (mutuelles, banques, assurances…) afin de cotiser pour sa propre retraite. Cependant, il faut résider en Suisse pour y souscrire. Cette prévoyance présente de nombreux avantages fiscaux.

Nos solutions pour une retraite paisible

solutions retraite paisible
Découvrez nos solutions pour passer une retraite paisible aujourd'hui

Comme vous l’avez constaté, la Suisse propose aux travailleurs exerçant sur son sol un système plutôt intéressant pour subvenir à leurs besoins durant la retraite. Le problème, c’est que cet encadrement ne permet pas toujours une couverture totale des besoins réels après le départ à la retraite. Pour une retraite paisible, voici les solutions supplémentaires que nous vous proposons.

Définir ses besoins et évaluer sa situation financière

La première chose à faire est de déterminer vos besoins pour la vie post-professionnelle. Peut-être souhaitez-vous une propriété pour vos vieux jours ou une rente à percevoir chaque mois. Quoi qu’il en soit, définissez vos objectifs personnels et financiers pour votre retraite.

Analysez aussi votre situation financière actuelle et anticipez sur les prochaines années. Cela vous permettra d’élaborer un plan d’épargne progressif pour satisfaire vos besoins futurs. Peut-être obtiendrez-vous une promotion d’ici là ou une revalorisation salariale. Dans l’un ou l’autre des cas, vous serez mieux préparé.

Ne pas négliger le 3e pilier

Comme expliqué tantôt, le troisième pilier est une prévoyance d’initiative privée. De nombreux travailleurs négligent cette option. Effectivement, lorsqu’on sait que les deux premiers piliers sont obligatoires et qu’il faudra encore amputer sur le reste du salaire pour un 3e pilier, il y a de quoi être réticent. Pourtant, cette option pourrait s’avérer salvatrice après votre départ à la retraite.

En effet, souscrire à une offre de 3ème pilier Suisse permet non seulement de compléter l’épargne retraite, mais de protéger également vos proches. En cas de décès, le capital est versé aux héritiers (généralement le conjoint et les enfants). Mais ce n’est pas tout !

Le troisième pilier présente par ailleurs des avantages fiscaux. De quoi réaliser des économies. Une réduction d’impôt est en effet effectuée sur le versement annuel pour encourager la souscription à ce pilier.

La réduction des dépenses fixes

Épargner, c’est la base pour une retraite paisible. Mais pour épargner, il faut déjà réduire les dépenses inutiles. Si vous habitez non loin de votre lieu de travail, pourquoi ne pas opter pour le transport en commun ou la marche ? Vous louez seul dans un grand appartement ? Il est peut-être temps d’envisager la copropriété. Essayez de cibler les dépenses que vous pourriez réduire ou éviter chaque mois. Cela vous aidera à épargner assez.

L’investissement ou les placements en fonds

L’épargne pour la retraite, d’accord ! Mais, il faut aussi penser à investir. Vous multiplierez ainsi vos avoirs, gage d’une retraite paisible. En tant que travailleur, l’une des meilleures façons d’investir est de faire des placements en fonds. Cette solution consiste à investir une partie de son argent dans un portefeuille de fonds qui sera utilisé sur le marché des capitaux pour générer des rendements. L’idéal est de trouver un prestataire qui puisse vous aider à dresser un profil investisseur et un plan de constitution ou de dépôt de fonds.

Lorsque les gens entendent "placement en fonds", ils pensent à tort à un investissement conséquent. La plupart des gestionnaires permettent une constitution de fonds avec l’apport mensuel de petits montants (entre 100 à 300 CHF selon la structure). Une aubaine pour les travailleurs souhaitant investir pour une retraite tranquille.

Les hypothèques

Vivre sa retraite en propriété est le rêve de bon nombre de travailleurs suisses. Effectivement, il est coûteux et compliqué de vivre en location durant la retraite. Cette option réduira considérablement vos mensualités. L’idéal donc serait de financer pendant votre vie professionnelle la construction ou l’acquisition d’un bien immobilier. Celui-ci pourra être prêt à temps pour vous et votre famille, et ce, à l’infini. Vous allez y passer sereinement vos vieux jours, sans avoir à verser des loyers ou subir les aléas de la copropriété.

Pour financer comme il se doit votre propriété, la meilleure solution est de faire une demande d'hypothèque. Il est préférable de le faire le plus tôt possible.

L’assurance bâtiment

Votre bien immobilier acquis, il faudra assurer sa couverture intégrale contre les risques de dommages et de responsabilité civile. Vous n’aurez plus à vous soucier d’un quelconque préjudice ou d’une réparation des installations. L’assurance bâtiment couvrira tout cela pour vous. Certaines assurances couvrent aussi tous les éléments fixés à l’immeuble (pompe à chaleur, lavabos…).

Mélanie Mossaly Pourquoimabanque
Mélanie MOSSALY

Passionnée par les chiffres et principalement la bourse, l'investissement immobilier et les placements dans sa globalité, découvrez au travers de mes contenus, les réponses aux questions que vous vous posez sur vos finances.

425

Aucun commentaire à «Prévoyance retraite en Suisse : Quelles solutions pour une retraite paisible ?»

Laisser un commentaire

Les commentaires sont soumis à modération. Seuls les commentaires pertinents et étoffés seront validés
* Champs obligatoires